Revue Gabonaise d’Histoire et Archéologie, mars 2020, n° 5

Titres et métiers du scribe dans l’Afrique ancienne

Mouhamadou Nissire Sarr, Département d’Histoire, Université Cheikh Anta Diop, Dakar-Sénégal, nissire61@yahoo.fr

Résumé: Les Égyptiens ont usé du terme sS pour traduire l’acte d’écrire, de peindre, d’inscrire, de nommer le document, le registre. Quand il est déterminé par l’hommeassis , il désigne le scribe sS. Dans un document en schiste, du Musée du Louvre, datant de l’époque du pharaon d’Aménophis III, le scribe Nebmertef travaille sous la surveillance du dieu Thot qui apparaît sous la forme d’un cynocéphale. La relation entre Thot et le scribe avait été mise en évidence par le philosophe grec Platon (Phèdre 274c-275b). C’est lui qui inventa selon cet auteur la numération, le calcul, la géométrie, l’astronomie, le trictrac, les dés et l’écriture. En revisitant les archives royales et inscriptions de l’Ancien, du Moyen et du Nouvel Empires, les auteurs s’intéresseront tout d’abord aux différents titres portés par le scribe, puis insisteront sur le rôle qu’il a joué dans l’archivage des documents administratifs et juridiques et enfin, procéderont à l’évaluation qualitative et quantitative des produits agricoles versés à la cour royale.

Mots-clés : Scribe, Iconographie, Écriture, Archives.

Titles and occupations of the scribe in ancient Africa

Abstract: The Egyptians used the word to translate the act of writing, painting, registering, naming the document, the register. When it is determined by the seated man, it designates the scribe . On aschist document, from the Louvre Museum, dating back to the time of the Pharaoh of Amenophis III, the scribe Nebmertef works under the supervision of the god Thot, which appears in the form of a cynocephali. The relationship between Thot and the scribe had been highlighted by the Greek philosopher Plato. It was him who invented numeration, calculus, geometry, astronomy, trictrac, dice and writing according to this author.
In studying the royal archives and inscriptions of the Old, Middle and LateKingdoms, the authors will be interested in the various pulls carried by the scribe, emphasize the role he played in the safeguarding of administrative and legal documentsand evaluate the qualitative and quantitative assessment of agricultural products paid to the Royal Court.

Keywords: Scribe, Iconography, Writing, Archives.

Les débuts de l’Association Cotonnière Coloniale en Afrique-Occidentale française (1901-1908)

Tanoh Raphaël BEKOIN, Maître de Conférences, Département histoire, Université Alassane Ouattara, Côte d’Ivoire, bekyoro@yahoo.fr

Résumé: La question du coton fut une préoccupation pour les milieux d’affaires français. Pour s’assurer un approvisionnement régulier et faire face au chantage américain, l’Association cotonnière vit le jour. Son action fut focalisée d’abord sur l’Afrique de l’Ouest en raison des conditions climatiques favorables à la culture de coton. Pour s’imposer et étendre son action, elle a bénéficié du soutien des milieux économiques. C’est pour comprendre l’enjeu que l’article tente d’examiner les premiers pas de cette association. Cette réflexion cherche surtout de montrer comment pour répondre à des impératifs industriels en France une association cotonnière coloniale a vu le jour.

Mots clés : Afrique, association, coton, début, agriculture.

The beginnings of the Colonial Cotton Association in French West Africa (1901–1908)

Abstract: The cotton issue was a concern for the French business community. The ensure a regular supply and deal with American blackmail, the Cotton Association was born. Its action was the first focused on West Africa because of climatic conditions ton cotton farming. To gain acceptance and extend its reach, it has benefited from the support of economic and circles. It is to understand the issue that the article tries to examine the first association. This reflection seeks above all to show how to meet industrial imperial in France a colonial cotton association was born.

Key words: Africa, association, cotton, early, agriculture.

Luc Maurice Durand-Réville (1904-1998) : portrait d’un colon au Gabon

Simplice Vianney MOUANGA, Attaché de recherche, IRSH-CENAREST, Gabon, saintpierre28@yahoo.fr

Résumé: L’objectif de la réflexion est de cerner L. M. Durand-Réville et son influence dans le Gabon colonial et postcolonial. Personnage clé de la colonisation française au Gabon, il était connecté à toutes les sphères de décision qui affectaient l’ensemble de la vie coloniale. Il était en position de servir d’intermédiaire pour tous les membres de chacun des réseaux auxquels il appartenait. Il pouvait donc facilement influencer les groupes en filtrant ou en distordant les informations qui y circulaient. Il était également en meilleure position pour assurer la coordination de l’ensemble. Il doit cette position à un héritage multiforme. Une vocation religieuse à servir autrui, une fortune familiale propice à l’expatriation, une formation scolaire et professionnelle qui ouvre les portes de l’élite ; le tout dans un territoire conquis par la France laissé à l’initiative privée.

Mots clés : Gabon, Colonisation, Forestiers, Syndicats, Assemblées représentatives, Réseaux.

Luc Maurice Durand-Réville : Portrait of a settler in Gabon

Abstract: Luc Maurice Durand-Réville, a key person, on behalf of the French colonization in Gabon. He was always connected to all decision spheres that affected the whole of colonial life. First of all, he was in a position to act as a go-between for all members of each network he belonged to. So, he could easily influence groups by infiltrating or distorting information that was circulating there. Secondly, he also was in a better position by coordinating the whole sources. In a nutshell, he owes that position to the multifaceted heritage. A religious vocation to serve others, a family fortune conducive to expatriation, a school education and a professional training that open the doors to the elite: the whole in a conquered territory by France and left to private initiative.

Keywords: Gabon , Colonization , Woodmen, Trade union, Representive assemblies, Networks.

La transmission de l’État colonial au Gabon : le cas de l’Office des Anciens Combattants et Victimes de Guerres (1948-2013)

Léon Modeste NNANG NDONG, Maître-Assistant, Département d’Histoire et Archéologie, Université Omar Bongo,Gabon, ndongleo@hotmail.com

Résumé: Pour assurer une gestion de proximité des anciens combattants issus de son armée coloniale, la France installa dès 1948, dans chaque colonie un office des anciens combattants et victimes de guerres. Mais, en 1960, elle doit tenir compte de l’indépendance de ses ex-colonies en leur rétrocédant cette institution. Le présent article vise non seulement à comprendre comment s’est effectuée la transmission de service au Gabon, mais aussi à cerner le rôle que la France continue à jouer dans cette structure nationale.

Mots-clés : Transmission, État colonial, anciens Combattants, France, Gabon.

Transmission of the colonial state in Gabon: the case of the Office for Veterans Affairs and War Victims (1948-2013)

Abstract: In order to ensure local management of veterans from its colonial army, France set up an office for veterans and victims of war in each colony from 1948. However, in 1960, it had to take into account the independence of its former colonies by handing this institution back to them. This article aims not only to understand how the transfer of service in Gabon was carried out, but also to identify the role that France continues to play in this national structure.

Keywords: Transmission, Colonial State, Veterans, France, Gabon.

L’empreinte néocoloniale de la France sur la commercialisation de l’uranium du Gabon (1959-1994)

Robert Edgard NDONG, Chargé de recherche, IRSH/CENAREST, Gabon, edgardndong@yahoo.fr

Résumé: L’ambition de cette réflexion est de montrer que les relations qu’a établies la France avec le Gabon autour de la commercialisation de l’uranium de ce pays africain subsaharien sont de nature néocoloniale. Peu avant et immédiatement après l’indépendance du Gabon intervenue le 17 août 1960, la France a créé et imposé plusieurs instruments lui permettant d’avoir la mainmise sur la commercialisation de l’uranium gabonais. Deux types d’instruments rendent effective cette emprise française : d’une part, les instruments contractuels, à savoir le contrat de vente industrialo-industriel CEA/COMUF et les accords de coopération franco-gabonais et, d’autre part, l’instrument commercial qu’est URANEX, un comptoir de vente de « l’uranium africain de la France ». Par cet ensemble d’instruments, la France a non seulement l’exclusivité sur la consommation, mais également décide du choix des clients de l’uranium du Gabon. Propriétaire légal du sol et du sous-sol, le Gabon est mis à l’écart de la gestion commerciale de son uranium.

Mots-clés : France, Gabon, uranium, commercialisation, relation néocoloniale.

France’s neocolonial footprint on the marketing of uranium from Gabon (1959-1994)

Abstract: The aim of this reflection is to show that the relations that France has established with Gabon regarding the marketing of uranium from this sub-Saharan African country are of a neo-colonial nature. Shortly before and immediately after Gabon’s independence on 17 August 1960, France created and imposed several instruments enabling it to control the marketing of Gabonese uranium. Two types of instruments make this French hold effective: on the one hand, contractual instruments, namely the CEA/COMUF industrial-industrial sales contract and the Franco-Gabonese cooperation agreements and, on the other hand, the commercial instrument URANEX, a sales outlet for “African uranium from France”. Through this set of instruments, France not only has exclusivity over consumption, but also decides on the choice of Gabon’s uranium customers. As the legal owner of the soil and subsoil, Gabon is excluded from the commercial management of its uranium.

Keywords: France, Gabon, uranium, commercialization, neo-colonial relation.

La contribution du couvert forestier au développement économique de la Côte d’ivoire (1960-1980)

Konan Alain BROU, Assistant, UFR des Sciences de l’Homme et de la Société, Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, Côte d’Ivoire, broukoanalain@gmail.com
Samuel BOKA, Doctorant, UFR des Sciences de l’Homme et de la Société, Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, Côte d’Ivoire, shemouelboka@gmail.com

Résumé: L’exploitation des ressources forestières a été une activité importante tout au long des 67 (soixante-sept) années de colonisation française en Côte d’Ivoire. Cette exploitation, basée sur la coupe de bois et la mise en place d’une économie de plantation, avait permis à la métropole d’engranger des devises considérables. En 1960, lorsque la Côte d’Ivoire accède à l’indépendance, la préoccupation pour les nouveaux dirigeants était de penser autrement le développement du pays. Ils ont misé de prime abord sur l’agriculture avec le développement des plantations de café et de cacao ainsi que l’exploitation des bois de grume. Cette exploitation du couvert forestier a donné des résultats satisfaisants, car durant les deux premières décennies de l’indépendance, la Côte d’Ivoire a connu une embellie économique. Cependant, cette politique économique basée sur l’exploitation de la forêt a contribué à diminuer considérablement le couvert forestier de la Côte d’Ivoire. Pour remédier à cette situation, l’État ivoirien a initié plusieurs actions pour restaurer le couvert forestier du pays.

Mots clés : Agriculture, Côte d’Ivoire, Développement économique, Forêt, Reboisement.

The contribution of forest cover to the economic development of the Ivory Coast (1960-1980)

Abstract: The exploitation of forest resources has been an important activity throughout the 67 years of French colonization in Ivory Coast. This exploitation based on logging and the establishment of the plantation economy had enabled the metropolis to earn considerable foreign exchange. In 1960, when Ivory Coast gained independence, the concern for the new leaders was to think differently about the country’s development. They initially focused on agriculture with the development of coffee and cocoa plantations and the exploitation of log wood. This exploitation of the forest cover has yielded satisfactory results because during the first two decades of independence, Ivory Coast experienced an economic upturn. However, this economic policy based on forest exploitation has contributed to a considerable reduction in Ivory Coast’s forest cover. To remedy this situation, the Ivorian State has initiated several actions to restore the country’s forest cover.

Keyword: Agriculture, Ivory Coast, Economic development, Forestry, Reforestation.

Les parcours professionnels des cadres de la Gendarmerie nationale : miroir de la politique de formation et de gestion des élites militaires au Gabon (1960-1990)

Sidina Noël Mvou Kounta, Chercheur associé à LAM - Les Afriques dans le monde, UMR 5115, Sciences Po Bordeaux, France, mvounoel@gmail.com

Résumé: En s’appuyant sur les trajectoires professionnelles de quelques officiers de la Gendarmerie nationale gabonaise, cette étude pose la question de la formation des cadres militaires gabonais, celle de la gestion de leurs carrières et, in fine, de leur place dans la construction de l’État. Amorcée dans le cadre de l’Union française, la formation des militaires gabonais est revisitée par les accords de défense franco-gabonais de 1960. Les militaires Jacques Mombo, Daniel M’bene, Raphaël Mamiaka et Georges N’Koma font partie de la première génération des Gabonais formés aussi bien dans les centres d’instruction de l’AEF que dans les écoles militaires françaises au tournant de l’indépendance. Si leurs profils ne sont pas très variés, ils font des carrières distinctes. Celles-ci sont influencées aussi bien par les tensions qui surgissent dans leurs rapports avec le chef suprême des armées et les assistants militaires techniques français que les calculs politiques des dirigeants de l’État gabonais. Pendant que certaines élites militaires sont rejetées par le pouvoir politique, d’autres sont récupérées. Par la suite, leurs rapports sont dominés par la collaboration, voire le détournement de certains cadres militaires vers les fonctions politiques.

Mots clés : Gabon, élite, militaire, Gendarmerie, politique, État.

The professional career of the Gabonese Gendarmerie executives: mirror of the training and management policy of military elites in Gabon (1960–1990)

Abstract: Based on the careers of some officers of the Gabonese national gendarmerie, this study raises questions about the creation of Gabonese military leaders, the management process of their careers, and ultimately their place in the construction of the state. The training of Gabonese soldiers that started within the framework of the French Union is revised by the French-Gabonese agreements on defence from 1960. The soldiers Jacques Mombo, Daniel M’bene, Raphaël Mamiaka and Georges N’Koma belong to the first generation of Gabonese who were trained at the AEF training centres and at the French military schools at the time of independence. If their profiles are not very different, they have separate careers. These are influenced as much by the tensions that arise in their relations with the chief of the army and the technical French military assistants, as by the political calculations by the heads of state of Gabon. While some military elites are rejected by political power, others are coopted. As a result, their relationships were shaped by the collaboration, in some cases, some of the military chiefs were engaged into political function.

Keywords: Gabon, elite, military, gendarmerie, politics, state.

La Ligue ivoirienne des Droits de l’Homme et l’évolution de l’État de droit en Côte d’Ivoire (1987-2012)

Nahoua Karim SILUE, Enseignant-Chercheur, Département d’Histoire, Université Alassane Ouattara, Bouaké, Côte d’Ivoire, nahoua26@yahoo.fr

Résumé: Créée le 21 mars 1987 dans un contexte politique hostile à son avènement, la Ligue ivoirienne des Droits de l’Homme (LIDHO) avait pour objectif principal d’œuvrer en faveur d’un État de droit en Côte d’Ivoire. Son engagement se résumait essentiellement par l’exécution de plusieurs actions sur le terrain dans le but de garantir et promouvoir les droits civils, politiques et socio-économiques des citoyens. À son apogée, les actions de la Ligue ont permis à la Côte d’Ivoire de connaître une évolution de l’État de droit, d’où la mise en place définitive d’une Commission Nationale des Droits de l’Homme le 13 décembre 2012, mais aussi, et surtout l’adhésion du pays au Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies.

Mots clés : État de droit, démocratie, Ligue, Côte d’Ivoire, Homme, Ivoirien, politique.

The Ivorian League for Human Rights and the evolution of the rule of law in Ivory Coast (1987-2012)

Abstract: Created on 21 March 1987 in a political context hostile to its advent, LIDHO’s main objective was to work for the rule of law in Ivory Coast. Its commitment was essentially achieved through the implementation of several actions on the ground to guarantee and promote the civil, political and socio-economic rights of citizens. At its peak, the actions of the League have allowed Ivory Coast to experience the evolution of the rule of law, hence the establishment of a final National Commission on Human Rights on December 13th 2012, but also and especially the country’s accession to the United Nations Human Rights Council.

Keywords: State of Law, Democracy, League, Côte d’Ivoire, Human, Ivorian, Politics.

Le COSIM : une institution musulmane en Côte d’Ivoire (1988-2019)

Drissa KONE, Maître-Assistant, Département d’Histoire, Université Félix Houphouët-Boigny/Abidjan, Côte d’Ivoire, idrissbaraka@gmail.com

Résumé: À la fin des années 1980, la communauté musulmane en Côte d’Ivoire est en pleine restructuration. Parmi les nombreuses associations présentes dans l’espace public, deux d’entre elles se distinguent par les multiples actions qu’elles posent en direction de l’islam, mais aussi en faveur des intérêts des musulmans. Ce sont : le Conseil Supérieur des Imams (COSIM) et le Conseil National Islamique (CNI). Avec des attributions différentes et précises, les deux structures vont finir pourtant par entrer en collision notamment sur la question du leadership. Cette quête de légitimité se nourrit également de mutations politiques qui s’opèrent dans le pays et dont les effets se ressentent même dans la sphère religieuse. Même si la confrontation ne fut jamais directe, le COSIM finit par s’imposer et se présenter comme le principal interlocuteur de la communauté musulmane nationale. L’objet de l’article est de comprendre alors comment s’est déroulé ce processus de positionnement du COSIM dans un environnement politique et religieux délétère. La réponse à une telle problématique exige que l’on convoquât une méthodologie, historique ici, en faisant appel aussi bien aux sources orales qu’aux ouvrages et articles scientifiques produits sur la thématique en général.

Mots clés : CNI, COSIM, Côte d’Ivoire, Leadership, État.

COSIM: a Muslim institution in Ivory Coast (1988-2019)

Abstract: At the end of the 1980s, the Muslim community in Côte d’Ivoire was in the midst of restructuring. Among the many associations present in the public space, two of them stand out for the multiple actions they take in the direction of Islam but also in favor of the interests of Muslims. They are : the Superior Council of Imams (COSIM) and the National Islamic Council (CNI). With different and precise attributions, the two structures will nevertheless end up colliding especially on the question of leadership. This quest for legitimacy is also fueled by political changes taking place in the country, the effects of which are even felt in the religious sphere. Even if the confrontation was never direct, COSIM ended up imposing itself and presenting itself as the main interlocutor of the national Muslim community. The object of the article is then to understand how this process of positioning COSIM unfolded in a deleterious political and religious environment. The answer to such a problem requires that we invoke a methodology, historic here, using both oral sources and scientific works and articles produced on the theme in general.

Key words: CNI, COSIM, Côte d’Ivoire, Leadership, State.

Le vote nul dans les élections présidentielles en côte d’ivoire : causes et stratégies de lutte (2000-2010)

Katiénéffooua Adama OUATTARA, Enseignant-chercheur, Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan - Cocody, Côte d’Ivoire, katienefr@yahoo.fr

Résumé: Le bulletin nul est un phénomène ancien dans l’histoire électorale de la Côte d’Ivoire. Ce phénomène a connu une ampleur avec le retour au multipartisme en 1990. Ainsi, pour l’élection présidentielle du 22 octobre 2000, l’on a enregistré un nombre très élevé de bulletins nuls contrairement aux élections présidentielles antérieures. Par contre, le 31 octobre 2010, après huit ans de crise militaropolitique, de nombreux Ivoiriens participent à l’élection présidentielle la plus ouverte de l’histoire électorale de la Côte d’Ivoire. Cette élection a vu une plus grande mobilisation des partis politiques à la formation et à la sensibilisation de leurs électeurs au vote, ce qui a engendré la baisse remarquable des bulletins nuls. Ainsi, l’étude s’interroge sur les facteurs explicatifs et les stratégies de lutte contre les bulletins nuls en Côte d’Ivoire entre 2000 et 2010.

Mots clés : Bulletins nuls-élections présidentielles - partis politiques-formation des électeurs.

The zero vote in the presidential elections in Ivory Coast: causes and strategies of struggle (2000-2010)

Abstract: The invalid ballot is an ancient phenomenon in the electoral history of Côte d’Ivoire. This phenomenon became more widespread with the return to multiparty politics in 1990. Thus, for the presidential election of October 22, 2000, there was a very high number of spoiled ballots, unlike the previous presidential elections. But, on October 31, 2010, after eight years of military-political crisis, many Ivorians participated in the most open presidential election in the electoral history of Côte d’Ivoire. This election saw a greater mobilization of political parties to train and educate their voters to vote, which led to the remarkable drop in spoiled ballots. Thus, the study questions the explanatory factors and the strategies for combating spoiled ballots in Côte d’Ivoire between 2000 and 2010.

Keywords: Spoiled ballots-presidential elections-political parties-voter education.

Accueil